Formation de pointe

Grâce à son université et ses hautes écoles de renommée mondiale, le canton de Vaud s’est forgé une place aux avant-postes de la formation et de la recherche.

La Suisse est l’une des nations qui consacrent la plus grande proportion de leur PIB à la formation, par rapport au nombre d’habitants. Un investissement qui porte ses fruits, puisque son système d’éducation primaire se classe depuis plusieurs années parmi les cinq premiers du monde dans le Global Competitive Index. Le pays compte 10 universités, 2 écoles polytechniques fédérales et 7 hautes écoles spécialisées.

Guide l'investisseur

Education & Research (Anglais)

La Suisse occupe également le haut des classements concernant la part du PIB consacrée à la recherche et au développement (près de 3%, soit 16 milliards de francs chaque année). Le secteur privé, notamment l’industrie pharmaceutique et celle de la construction mécanique, supportent environ les trois quarts de ces dépenses. De son côté, la Confédération investit principalement dans la recherche fondamentale. Une combinaison gagnante puisque le facteur d’impact de la Suisse en matière de publications scientifiques, -soit la fréquence à laquelle des articles sont repris dans d’autres revues-, est le deuxième plus haut au monde, derrière les Etats-Unis. La Suisse fait également la course en tête avec la Norvège en nombre de prix Nobel par habitant.

WEF Competitiveness Ranking 2017

Positionnement international de la Suisse en matière de formation

Qualité de l’enseignement primaire : 2e place sur 137
Qualité de l’enseignement des maths et des sciences : 3e place sur 137
Qualité des études en management : 1e place sur 137
Disponibilité locale de services de formation spécialisés : 1e place sur 137

La Suisse occupe également le haut des classements concernant la part du PIB consacrée à la recherche et au développement (près de 3%, soit 16 milliards de francs chaque année). Le secteur privé, notamment l’industrie pharmaceutique et celle de la construction mécanique, supportent environ les trois quarts de ces dépenses. De son côté, la Confédération investit principalement dans la recherche fondamentale. Une combinaison gagnante puisque le facteur d’impact de la Suisse en matière de publications scientifiques, -soit la fréquence à laquelle des articles sont repris dans d’autres revues-, est le deuxième plus haut au monde, derrière les Etats-Unis. La Suisse fait également la course en tête avec la Norvège en nombre de prix Nobel par habitant.

Le canton de Vaud occupe une place cruciale dans le pays en matière de formation. Il est le seul, avec Zurich, à compter une université, une école polytechnique fédérale et plusieurs hautes écoles sur son territoire. Ces deux écoles polytechniques ont d’ailleurs leur place dans les 100 meilleures universités du monde, selon le fameux classement de Shanghai. L’EPFL y a connu une fulgurante progression (+16 rangs) en une année (2016-2017).

L’excellence de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne se vérifie régulièrement dans des classements internationaux, mais plus encore par ses réalisations. Elle chapeaute le Human Brain Project, un projet de recherche sur le cerveau qui implique des scientifiques de pointe dans plus de 100 universités et centres de recherche européens, tandis qu’une de ses spin-off, Mindmaze, est devenue en 2016 la première «licorne» (une start-up valorisée à au moins un milliard de dollars) du pays. L’EPFL héberge également entre ses murs le centre de compétences suisse pour la recherche fondamentale et appliquée dans le domaine de la robotique, le tout nouveau Trust Center dans le domaine de la cybersécurité, ainsi que le Swiss Data Science géré conjointement avec l'EPHZ.

L’UNIL, quant à elle, a vu plusieurs de ses chercheurs décorés d’un prix Nobel, dont le dernier en date est Jacques Dubochet, en décembre 2017, pour ses recherches pointues et prometteuses en chimie. La Haute école de management de Lausanne (IMD), voit régulièrement ses programmes de MBA classés parmi les meilleurs du monde, tandis que l’Ecole hôtelière de Lausanne fait figure de référence internationale dans le domaine de l’accueil et de l’hospitalité.

Hautes écoles spécialisées

Les Hautes écoles spécialisées, réparties sur le territoire du canton, ne sont pas en reste et contribuent à l’excellence de la formation, à l’instar de la Haute école d’ingénierie et de gestion du canton de Vaud ou encore de l’Ecole technique de la Vallée de Joux qui enseigne le savoir-faire ancestral de l’horlogerie. La densité des instituts de recherche présents dans le canton et la région offre accès à un vivier de talents qui est unique de par la transdisciplinarité des instituts et des compétences existantes.

Ecoles privées

Il ne faut pas oublier l’Institut du Rosey, l’un des plus prestigieux au monde, qui forme depuis plus de 100 ans les têtes couronnées de la planète. L’école Surval ou l’institut Monte Rosa à Montreux, le collège Champittet à Pully complètent notamment ce panorama. Ce sont en tout une soixantaine d’écoles privées qui dispensent une formation d’excellence, avec des programmes avancés en anglais, allemand, mais aussi en mandarin ou en russe.